×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 42
Menu
Syndicat Mixte d'Aménagement
de la Moyenne et Basse Vallée de l'Ognon
A+ A A-

Démarche partenariale

Depuis un siècle, les conditions et les enjeux liés à la gestion de la rivière ont fortement évolué.
Les usages de la ressource naturelle (eau, matériau alluvionnaire, énergie hydraulique, fertilité des sols, urbanisation) ont modifié l’équilibre écologique de la rivière notamment ont diminué la possibilité d’étalement des crues ; et inversement, ont augmenté les phénomènes de ruissellement.

La solidarité AMONT-AVAL a imposé la nécessité d’une gestion globale par bassin versant. Solidarité, difficile à mettre en place sur les rivières du domaine privé (non domaniale) telle que l’Ognon. L’eau, même si elle reste du domaine public, les linéaires de cours d’eau sont morcelés en de multiples riverains. Les collectivités territoriales et autres acteurs de l’eau utilisent donc des démarches contractuelles à l’échelle du bassin versant afin de mener à bien une politique respectueuse de l’équilibre de la rivière. Sur l’Ognon, plusieurs étapes se sont échelonnées :

partenaires graphe partenariat

Par ailleurs, le dernier quart de siècle a vu l’évolution de la perception sociale des cours d’eau et parallèlement, de la réglementation. Le SDAGE, inscrit dans la directive cadre sur l’eau (DCE), va modifier les modalités d’intervention en demandant aux gestionnaires de cours d’eau tels que les syndicats de rivière de prendre en compte des objectifs de restauration du patrimoine biologique du milieu aquatique.

Les usages hydrauliques qui demeurent d’actualité (ressource en eau potable, écoulement des eaux, protection des crues, hydroélectricité) doivent être conciliés avec les enjeux écologiques (renaturation des boisements de berges, diversification et préservations des biotopes et biocénoses) devenant prioritaires.

Ces enjeux replacent clairement la rivière dans son environnement et demandent à ses gestionnaires une approche qui dépasse les limites du domaine strictement fluvial.

La marche vers le bon état écologique répond ainsi à la demande de la société, tournée davantage ver les loisirs et notamment ceux de la nature : les rivières restaurées permettront aux adeptes de la pêche, du canoë de pratiquer leur activité dans un cadre naturel, lieu de sensibilisation et d’éducation mais aussi support de développement du tourisme durable.

Retour en haut