×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 42
Menu
Syndicat Mixte d'Aménagement
de la Moyenne et Basse Vallée de l'Ognon
A+ A A-

Evolution de l'Ognon en qualité

La qualité de la rivière peut être évaluée avec différents indicateurs :

  • les caractéristiques de l'eau et des sédiments de la rivière eau(température, oxygène, nitrates, phosphates, métaux, hydrocarbures...)
  • le développement des végétaux aquatiques
  • le développement de certains "petits organismes" liés à la rivière (IBGN:Indice Biologique Global Normalisé): larves d'insectes, crustacés, mollusques...
  • le développement des poissons : quantité, diversité des peuplements piscicol
    L'agence de l'eau et l'Etat (Direction Régionale de l'Environnement et l'office national de l'eau et des milieux aquatiques) réalisent régulièrement ces mesures.

carte bvo mvo hvo

très bonne qualité (note comprise entre 80 et 100)
bonne qualité (note comprise entre 60 et 80)
moyenne qualité (note comprise entre 40 et 60)
qualité médiocre (note comprise entre 20 et 40)
mauvaise qualité (note comprise entre 0 et 20)

Bilan de la qualité en 2003

En cliquant sur l'icône ci-dessous, vous obtiendrez une carte synthétique de la qualité de l'eau sur le bassin de la Loue en 2003 (caractéristiques de l'eau et IBGN): Globalement, la Loue est en classe de qualité « bonne ». L'objectif est la classe de qualité « très bonne ».

Évolution de la qualité dans le temps

En cliquant sur la station, vous accéderez aux données mises en ligne par l'agence de l'eau et l'Etat, depuis plusieurs années (depuis plus de 30 ans pour certaines stations)
(NB/ les données relatives aux poissons sont disponibles sur le site Internet de l'office national de l'eau et des milieux aquatiques)
Les données sont interprétées avec un référentiel national, appelé SEQ-Eau.
Une note est donnée entre 0 et 100 pour quantifier l'état de santé pour différentes altérations.

L'eau et la baignade

Les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales effectuent régulièrement des mesures en période estivale sur la Loue. Ces analyses consistent à dénombrer certaines bactéries dans l'eau, qui peuvent être pathogènes pour l'homme.

POLLUTION DOMESTIQUE

Sur le bassin versant de l'Ognon, les rejets d'eaux usées domestiques estimés à environ 100 000 équivalents-habitants, représentent 70 % de la pollution oxydable totale.

Cette pollution d'origine domestique étant prépondérante sur l'Ognon, des efforts considérables ont été réalisés ces dernières années pour l'assainissement des communes rurales (près de 94 MF de travaux financés dans le cadre des contrats départementaux) sans oublier pour autant les collectivités urbaines.

Pendant la période du Contrat Ognon (1992-1995), la capacité de traitement sur le bassin versant de l'Ognon a augmenté de 21200 équivalents-habitants, 15 stations d'épuration ont été construites et 10 ont fait l'objet d'amélioration ou d'extension.

POLLUTION INDUSTRIELLEpollution riviere

Les activités industrielles (mécanique, traitement de surface, traitement du bois, agro-alimentaire...) sur le bassin versant de l'Ognon génèrent des pollutions toxiques et organiques préjudiciables à l'équilibre des écosystèmes aquatiques.

Les établissements, sources de pollution toxique et inhibitrice pour le milieu récepteur, se sont dotés dans leur très grande majorité de dispositifs de traitement spécifiques adaptés à leurs effluents.

Les rejets des industries agro-alimentaires, et notamment les laiteries-fromageries, dans cette région où la filière lait demeure importante, constituent une part non négligeable de la pollution oxydable totale, soit environ 30 %.

Les progrès obtenus dans la dépollution industrielle ces dernières années, se sont poursuivis pendant la période du contrat notamment à la SA des usines Spindler, à la SARL Bois et Sciages Henry, aux Ets Cheval Frères, à la SA Sodecal et à la SA Landel et Cie...

POLLUTION AGRICOLE

L'activité agricole engendre un certain nombre de pollutions diffuses, ponctuelles ou accidentelles liées à l'utilisation d'engrais, de produits phytosanitaires ou aux rejets des élevages (lisier, purin...) et peut constituer une source d'altération de la qualité de l'eau des rivières et des nappes d'accompagnement.

La modification des pratiques agricoles sur le bassin versant de l'Ognon et plus particulièrement sur la moyenne et la basse vallée s'avère importante depuis quelques années et peut se traduire par des nuisances à l'égard des autres usages de l'eau (alimentation en eau potable, activités touristiques...).

Dans l'optique d'une approche globale d'amélioration de la qualité de l'eau de l'Ognon, la réduction de la pollution d'origine agricole paraît donc indispensable. Elle s'est récemment intensifiée dans le cadre de la mise en place du programme national de maîtrise des pollutions issues des élevages et des mesures agri-environnementales. Ainsi sur ce bassin, 63 études préalables et 15 opérations de travaux de réduction des pollutions issues des élevages ont été réalisés ou sont en cours de réalisation.

UNE OPÉRATION EXEMPLAIRE : LA NOUVELLE STATION D'ÉPURATION DE LURE

La qualité de l'eau de la Reigne, affluent de l'Ognon, s'est dégradée ces dernières années en raison notamment d'un sous-dimensionnement et d'un fonctionnement insuffisant de la station d'épuration de Lure (niveau de qualité "Hors Classe" à l'aval du rejet).

La Ville de Lure, soucieuse de changer la situation, a décidé d'abandonner la station d'épuration de type "disques biologiques" construite en 1976 et a réalisé une nouvelle station d'épuration de type "aération prolongée" avec dénitrification et déphosphatation en augmentant la capacité de 14 000 à 27 000 EH.

Afin de tenir compte de la sévérité des étiages, le point de rejet de l'ouvrage de traitement sera situé ultérieurement à l'aval de Magny-Vernois et Vouhenans. Cette importante opération, qui doit se prolonger par l'amélioration du fonctionnement des réseaux, devrait permettre d'obtenir une meilleure qualité des eaux de l'Ognon et de ses affluents sur ce secteur à fort potentiel écologique et sensible à l'eutrophisation accélérée.

Coût de l'opération : 3 735 000 €uros.
Financement : Région de Franche-Comté, Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée-Corse
Conseil Général de Haute-Saône, Collectivités (autofinancement).
Communes raccordées : Lure, Syndicat du Fays, _ Magny-Vernois et Vouhenans.

Retour en haut