×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 42
Menu
Syndicat Mixte d'Aménagement
de la Moyenne et Basse Vallée de l'Ognon
A+ A A-

Histoire de l'Ognon

L'Ognon, sa géographie

ognon riviereL'Ognon prend sa source à proximité du Ballon de Servance, à 904 mètres d'altitude. Il s'écoule sur 215 km, de la bordure des Vosges à la Vallée de la Saône avec laquelle il conflue à Perrigny-sur-l'Ognon.

Le régime hydrologique de l'Ognon est étroitement lié à la nature géologique des sols, à la topographie du bassin et à la pluviométrie. Il se caractérise par des étiages sévères et des crues fréquentes qui concourent à sa diversité et à son originalité. Tout d'abord montagnard, ce cours d'eau étroit et encaissé traverse des massifs cristallins. Puis la vallée s'élargit dans des formations calcaires et la rivière présente alors des signes d'un fonctionnement Karstique.

Plus à l'aval, elle prend les caractéristiques d'un cours d'eau de plaine dessinant de nombreux méandres dans une large plaine alluviale.

Son histoire géologique

La disproportion entre la modestie du cours de l'Ognon et sa large vallée (contrastant avec la vallée encaissée du Doubs) laisse présager une longue histoire géologique caractérisée par des périodes érosives et sédimentaires plus actives que l'actuelle.

C'est par un accident géologique, c'est-à-dire « la Grande faille de l'Ognon » observable sur 150 km du cœur des Vosges au petit massif de la Serre, datant de la période hercynienne, qu'une dépression s'est créée au droit de la vallée de l'Ognon. Cette ancienne dépression provoqua un drainage des eaux des Vosges.

Des alluvions se sont déposés chroniquement dont dernièrement ceux issus du charriage des dépôts morainiques de la période quaternaire situés au niveau de la haute vallée de l'Ognon (amont de Lure) et issus des glaciers qui recouvraient à l'époque le massif vosgien.

Pour plus d'information : La Grande faille de l'Ognon http://infoterre.brgm.fr/

histoire ognon

Cependant l'Ognon est aujourd'hui toujours en mouvement, après avoir déposé ses alluvions, il s'enfonce progressivement creusant même parfois le substrat calcaire. D'anciennes terrasses alluviales se trouvent désormais plus haut en altitude que le cours de l'Ognon. Elles sont bien conservées principalement en rive gauche (coté département du Doubs). La vallée coté haut-saônois est plus abrupte, largement encaissée dans les calcaires et calcaires marneux de la bordure orientale des plateaux de Vesoul. L'Ognon a migré régulière vers le nord-ouest au cours du Quaternaire.

photo

Retour en haut